Manuel de théologie pour tous MaBible.net - Faithfuel for you

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Theologie pour tous La Bible Extraits à méditer

Extraits à méditer

Envoyer Imprimer

Parlons de la Bible: extraits à méditer

Parfois, une phrase ou une affirmation suffit pour nous interpeller, nous faire réfléchir. Voici quelques extraits choisis de la section sur la Bible dans Pour une foi réfléchie.

  • Dieu veut communiquer avec nous parce qu’il a quelque chose à nous dire. Le Dieu tout puissant, créateur, roi des rois… s’adresse aux hommes et donc à moi: c’est extraordinaire!

  • L’Evangile est le but et le centre de la révélation de Dieu aux hommes.

  • Ce que les auteurs humains de la Bible disent, le Saint-Esprit le dit pareillement.

  • La doctrine de l’inspiration divine de la Bible n’exclut ni un travail d’édition ni le travail de copistes.

  • Le Seigneur a pris soin de sa Parole et a veillé à ce qu’elle nous soit transmise comme il le voulait.

  • Certaines interrogations d’aujourd’hui trouveront peut-être une réponse satisfaisante dans quelques années ou plus.

  • La doctrine de l’inspiration m’engage à placer ma confiance non pas dans des auteurs humains mais en Dieu qui, par son Esprit, les a utilisés pour me parler.

  • La vérité biblique s’adapte parfaitement à la souplesse du langage humain qu’elle utilise, sans tomber dans l’inexactitude.

  • Les hommes se demandent: «Quand je prie, est-ce que Dieu m’entends?» Nous devrions plutôt nous demander: «Est-ce que j’entends Dieu me parler à travers sa Parole? Est-ce que je l’écoute?»

  • Le refus de l’autorité biblique peut prendre des formes plus subtiles qui nous concernent tous. Il peut s’agir, par exemple, de situations où l’on laisse des commandements explicites de côté, consciemment ou non.

  • Quand le Seigneur me parle, la seule réponse valable est l’obéissance.

  • Le croyant a une assurance: la Bible n’est pas une autorité qui asservit et écrase, mais qui libère.

  • Nous ne vivons des vies véritablement humaines que dans la mesure où nous nous efforçons d’observer les commandements de Dieu, et seulement dans cette mesure.

  • En mentionnant les lettres de Paul, Pierre parle des «autres Ecritures», ce qui implique qu’il considère ces lettres comme ayant le statut d’Ecritures.

  • Le fait qu’un texte est cité n’implique pas qu’il soit inspiré. Il démontre simplement que le témoignage rendu à la vérité peut se trouver partout, si on sait le discerner à la lumière de la Bible.

  • Lorsque nous sélectionnons les textes bibliques que nous voulons lire et méditer et jugeons les autres indignes de notre intérêt, nous constituons finalement notre propre canon dans le canon.

  • Dieu a veillé sur sa Parole sans faillir afin qu’elle soit conservée et transmise malgré les aléas de l’histoire. Nous oublions parfois le miracle extraordinaire que cela représente.

  • Avant l’invention de l’imprimerie ou du scanner, il fallait recopier les textes à la main (d’où le nom de manuscrits)!

  • Permettre à chaque croyant d’avoir accès à l’Ecriture sainte est un acte de fidélité au projet de Dieu pour l’humanité. Mais cela pose aussi rapidement la question de son interprétation.

  • Tout lecteur, aussi rigoureux et sage soit-il, porte des «lunettes» (culture, âge, sexe, caractère, éducation, passé, etc.) qui orientent sa lecture.

  • Quels que soient les risques ou les difficultés, ce que dit Dieu est plus important que ce que je pense. Ce qui compte, c’est de faire preuve d’humilité et de soumission envers le texte biblique, en le laissant nous travailler et nous remettre en cause en permanence.

  • En plus d’être l’auteur de la Bible à travers les auteurs humains, l’Esprit saint agit en nous pour nous faire lire, comprendre et vivre ce que Dieu dit.

  • Il est possible de connaître la Parole de Dieu sans connaître le Dieu de la Parole.

  • Interpréter, c’est prendre en considération le fait que la Bible est une révélation progressive.

  • Interpréter, c’est reconnaître que nous ne sommes pas les seuls chrétiens, ni aujourd’hui, ni depuis le 1er siècle.

  • Si Dieu voulait vraiment nous parler, c’est que nous en avions besoin, et besoin de manière vitale, pour notre salut.

 

Commentaires 

 
0 #1 super 28-11-2011 10:52
trés bien
Citer