Pour une foi réfléchie

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Envoyer Imprimer

«Supposez que ce vaste corps du monde soit éternel et incréé, suivant l’opinion de Pythagore, ou qu’il soit né et qu’il ait été fait, suivant celle de Platon: ce qui est certain, c’est que, dès son origine, il s’est trouvé, une fois pour toutes, disposé, pourvu, ordonné et muni du gouvernail d’une parfaite sagesse. Le principe qui a réalisé toutes choses à la perfection n’a pu être imparfait.»

Tertullien, Apologétique 11.5