Le tétragramme

Imprimer

Stop info

Le tétragramme

Si Yahvé est le nom de Dieu «pour toujours» (d’après Exode 3.15), pourquoi ne l’appelle-t-on plus ainsi? Avant l’arrivée de Jésus déjà, vers le 4e siècle av. J.-C., le peuple juif ne prononçait plus le nom de Yahvé. Par peur de prononcer le nom de Dieu à la légère, lorsqu’on voyait les quatre consonnes hébraïques de ce nom (YHWH ou YHVH, selon les transcriptions, qu’on appelle le tétragramme), au lieu de lire Yahvé, on lisait Adonaï, qui signifie «Seigneur». D’ailleurs, dans le texte hébreu de l’Ancien Testament, ce sont les voyelles du mot Adonaï qui sont inscrites avec les consonnes de Yahvé. Certains, assez récemment, n’ont pas compris qu’il fallait lire Adonaï et ont lu le mot ainsi formé Jehovah.

Toujours avant la venue de Jésus, lorsqu’on a traduit l’Ancien Testament en grec, on a traduit Yahvé (mot hébreu) par Kurios (mot grec), qui signifie Seigneur. Le Nouveau Testament est écrit en grec. Quand il dit: «Jésus est le Seigneur (Kurios)», c’est comme s’il disait que Jésus est Yahvé. Le nom de Dieu, pour nous, c’est donc Jésus, le seul nom par lequel nous puissions être sauvés (Actes 4.12).